Bien dans sa tête, bien dans sa peau

Buts et objectifs

Le programme Bien dans sa tête, bien dans sa peau a pour but de :
 
  • Favoriser l’acquisition d’attitudes et de comportements sains à l’égard du poids et du corps, de l’alimentation et de l’activité physique;
  • Promouvoir l’estime de soi et le respect des autres personnes, quel que soit leur format corporel.
 
 
Le programme a également comme objectif d’amener les adultes à prendre conscience de leur rôle de modèle auprès des jeunes et à développer des  habiletés de soutien auprès d’eux.
 
De façon plus spécifique, BTBP encourage et promeut :
 
  • une alimentation saine et variée axée sur le plaisir;
  • la pratique régulière et raisonnable d’activités physiques axée sur le plaisir;
  • une relation positive à l’égard de la nourriture, de l’activité physique et du corps; 
  • l’atteinte et le maintien du poids naturellement stable;
  • l’acceptation de soi et de son image corporelle;
  • la valorisation de soi fondée sur d’autres facteurs que la forme du corps;
  • l’appréciation positive de la diversité des tailles et des silhouettes corporelles au sein de la société. 
 
 

Des interventions adaptées selon le niveau scolaire pour intervenir sans nuire

Si les buts du programme BTBP sont les mêmes pour les jeunes du primaire et du secondaire, les activités sont adaptées selon le niveau scolaire. 
 
Au primaire, les ateliers visent à favoriser le développement de l’estime de soi peu importe l’apparence, à développer le plaisir de manger et de bouger peu importe son poids, à prendre conscience de la diversité naturelle des silhouettes, etc. Ces attitudes et connaissances permettront aux jeunes d’adopter, dès leur jeune âge, de saines habitudes de vie et de développer une relation positive avec le corps, le tout afin de prévenir l’insatisfaction corporelle et les comportements qui peuvent en découler (régimes amaigrissant, entraînement excessif, décrochage scolaire, etc.).
 
Au secondaire, les ateliers visent, entre autres, à normaliser les changements causés par la puberté, permettent de démystifier plusieurs fausses croyances par rapport au corps, à l’alimentation, à l’entraînement et favorisent le développement d’un esprit plus critique par rapport au modèle de beauté irréaliste.  
 
Il faut porter une grande attention pour ne pas induire certaines préoccupations d’adolescents ou d’adultes chez les jeunes du primaire en abordant un sujet nécessitant un certain niveau de maturité. Par exemple, bien qu’il puisse être pertinent d’aborder le danger des diètes auprès des adolescents qui peuvent être tentés d’utiliser ces méthodes dangereuses pour leur santé, il n’est pas approprié d’en parler au primaire.

En effet, chez les jeunes du primaire, l’insatisfaction corporelle ne se manifeste pas toujours en comportement concret de contrôle du poids. Ainsi, le fait d’échanger sur les dangers des diètes, malgré l’intention positive, pourrait conduire certains jeunes à y avoir recours.