Recadrer le lien entre le poids et la santé

L’excès de poids favorise le développement de divers problèmes de santé tels que le diabète, les maladies cardiaques, les problèmes respiratoires, etc. Des classifications du poids basées sur l’indice de masse corporelle (IMC) sont largement utilisées par les experts. On observe une augmentation du risque de développer des problèmes de santé lorsque l’IMC augmente, mais la distribution de la graisse et non uniquement sa quantité est à considérer. Par exemple, l’excès de graisse situé dans la région abdominale (excès de poids typique chez l’homme) est plus fortement associé à un risque de développer des maladies chroniques en comparaison avec la graisse accumulée au niveau des hanches et des cuisses (excès de poids typique chez la femme).

 

De plus, il ne faut pas oublier que le poids est UN déterminant de la santé. L’hérédité et les habitudes de vie (niveau de stress, niveau d’activité physique, tabagisme…) sont d’autres facteurs qui influencent largement la santé d’un individu. Par exemple, on sait maintenant que la pratique d’activité physique peut réduire significativement le risque de maladies chroniques attribuables à l’obésité telles que le diabète type 2, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires, et ceci, indépendamment de l’IMC. Les habitudes de vie ont donc un impact direct sur la santé, même s’il n’y a pas de perte de poids.

 

Liens entre les habitudes de vie, le poids et la santé

 

Quant à la perte de poids nécessaire pour améliorer la santé, elle est beaucoup moins grande que ce qu’en pensent la plupart des gens. Les études scientifiques démontrent qu’une perte de poids peut améliorer la santé si elle est modérée et maintenue de 5 à 10 % du poids initial1.

 

Toutefois, la plupart des gens ont des attentes beaucoup trop ambitieuses, qui peuvent aller de l’ordre de 20 à 30 % de leur poids initial2-3. Le fait de poursuivre un objectif irréaliste est souvent un motif d’échec et de découragement dans le contrôle du poids4.

 


 

1 NATIONAL HEART, LUNG, AND BLOOD INSTITUTE (1998). Clinical Guidelines on the Identification, Evaluation, and Treatment of Overweight and Obesity in Adults. [Résumé en ligne].

 

2 FOSTER G.D. and al. (1997). “What is a reasonable weight loss? Patient’s expectations and evaluations of obesity treatment outcomes”, in Journal of Consulting and Clinical Psychology, No. 65, p. 79-85.

 

3 JEFFERY R.W. and al. (1998). “Are smaller weight losses or more achievable weight loss goals better in the long-term for obese?”, in Journal of Consulting and Clinical Psychology, No. 66, p. 641-645.

 

4 COOPER Z. and FAIRBURN C.G. (2001). “A new cognitive behavioural approach to the treatment of obesity”, in Behaviour Research and Therapy. No. 39, p. 499-511.